Boutique

Nos affiches et posters

Vous pouvez soutenir notre association aussi en achetant des affiches tirées des illustrations de nos géniaux dessinateurs.

Tous les tirages sont en qualité ultra haute résolution.

L'Albatros, de Charles Baudelaire, par Adèle Martin

Voir les dessins et le poème      --->          L' Albatros 

L'Albatros 1, par Adèle Martin

L'homme et la mer, de Charles Baudelaire, par Armelle Maatoug

Voir les dessins et le poème    --->        L homme et la mer  

L'homme et la mer 1, par Armelle Maatoug

L'Oiseau, de Marceline Desbordes-Valmore, par Armelle Maatoug         

 Voir les dessins et le poème   --->      L'Oiseau 

L'Oiseau 1, par Armelle Maatoug

Les Roses de Saadi, de Marceline Desbordes-Valmore, par Armelle Maatoug

Voir les dessins et le poème   --->        Les Roses de Saadi 

Les roses 3, par Armelle Maatoug

La Géante, de Charles Baudelaire, par David Elghozi

Voir les dessins et le poème   --->                   La Géante 

La Géante 10, par David Elghozi

La lune et la nuit, de Jacques Prévert, par Juliette Bahic      

Voir les dessins et le poème    --->          La lune et la nuit 

La lune 5, par Juliette Bahic

Le Cochet, le Chat et le Souriceau, de Jean de la Fontaine, par Adèle Martin

Voir les dessins et le poème   --->             Le Cochet 

Le Cochet 5, par Adèle Martin

Hymne à tous les dieux, de Proclus de Lycie, par Amine Bentabib

Voir les dessins et le poème    --->           Hymne 

Hymne 2, par Amine Bentabib

L'âme du vin, par Alain Lagorce

Le poème

L'âme du vin

Un soir, l’âme du vin chantait dans les bouteilles :
« Homme, vers toi je pousse, ô cher déshérité,
Sous ma prison de verre et mes cires vermeilles,
Un chant plein de lumière et de fraternité !

Je sais combien il faut, sur la colline en flamme,
De peine, de sueur et de soleil cuisant
Pour engendrer ma vie et pour me donner l’âme ;
Mais je ne serai point ingrat ni malfaisant,

Car j’éprouve une joie immense quand je tombe
Dans le gosier d’un homme usé par ses travaux,
Et sa chaude poitrine est une douce tombe
Où je me plais bien mieux que dans mes froids caveaux.

Entends-tu retentir les refrains des dimanches
Et l’espoir qui gazouille en mon sein palpitant ?
Les coudes sur la table et retroussant tes manches,
Tu me glorifieras et tu seras content ;

J’allumerai les yeux de ta femme ravie ;
A ton fils je rendrai sa force et ses couleurs
Et serai pour ce frêle athlète de la vie
L’huile qui raffermit les muscles des lutteurs.

En toi je tomberai, végétale ambroisie,
Grain précieux jeté par l’éternel Semeur,
Pour que de notre amour naisse la poésie
Qui jaillira vers Dieu comme une rare fleur ! »

Charles Baudelaire, Les Fleurs du Mal, 1857

L'Invitation au Voyage, par Alain Lagorce

Le poème

L'invitation au voyage

Mon enfant, ma sœur,
Songe à la douceur
D’aller là-bas vivre ensemble !
Aimer à loisir,
Aimer et mourir
Au pays qui te ressemble !
Les soleils mouillés
De ces ciels brouillés
Pour mon esprit ont les charmes
Si mystérieux
De tes traîtres yeux,
Brillant à travers leurs larmes.

Là, tout n’est qu’ordre et beauté,
Luxe, calme et volupté.

Des meubles luisants,
Polis par les ans,
Décoreraient notre chambre ;
Les plus rares fleurs
Mêlant leurs odeurs
Aux vagues senteurs de l’ambre,
Les riches plafonds,
Les miroirs profonds,
La splendeur orientale,
Tout y parlerait
À l’âme en secret
Sa douce langue natale.

Là, tout n’est qu’ordre et beauté,
Luxe, calme et volupté.

Vois sur ces canaux
Dormir ces vaisseaux
Dont l’humeur est vagabonde ;
C’est pour assouvir
Ton moindre désir
Qu’ils viennent du bout du monde.
– Les soleils couchants
Revêtent les champs,
Les canaux, la ville entière,
D’hyacinthe et d’or ;
Le monde s’endort
Dans une chaude lumière.

Là, tout n’est qu’ordre et beauté,
Luxe, calme et volupté.

Charles Baudelaire, Les Fleurs du mal (1857)



Le poème

L'invitation au voyage

Mon enfant, ma sœur,
Songe à la douceur
D’aller là-bas vivre ensemble !
Aimer à loisir,
Aimer et mourir
Au pays qui te ressemble !
Les soleils mouillés
De ces ciels brouillés
Pour mon esprit ont les charmes
Si mystérieux
De tes traîtres yeux,
Brillant à travers leurs larmes.

Là, tout n’est qu’ordre et beauté,
Luxe, calme et volupté.

Des meubles luisants,
Polis par les ans,
Décoreraient notre chambre ;
Les plus rares fleurs
Mêlant leurs odeurs
Aux vagues senteurs de l’ambre,
Les riches plafonds,
Les miroirs profonds,
La splendeur orientale,
Tout y parlerait
À l’âme en secret
Sa douce langue natale.

Là, tout n’est qu’ordre et beauté,
Luxe, calme et volupté.

Vois sur ces canaux
Dormir ces vaisseaux
Dont l’humeur est vagabonde ;
C’est pour assouvir
Ton moindre désir
Qu’ils viennent du bout du monde.
– Les soleils couchants
Revêtent les champs,
Les canaux, la ville entière,
D’hyacinthe et d’or ;
Le monde s’endort
Dans une chaude lumière.

Là, tout n’est qu’ordre et beauté,
Luxe, calme et volupté.

Charles Baudelaire, Les Fleurs du mal (1857)



L'Illétré, par Alain Lagorce

Le poème

L’illétré

Devant les bois, les blés, j’étais béat benêt :
Je lisais ce qui ne se lit pas :
Les nuages, les vents, les rochers, les ébats
De la lune dans les bois.

Et le ciel avec son grand étang courbé
Où le soleil tout le jour accroît son caillou,
Onde par onde, et le déferlement changeant
Des nuages disposaient de moi.

Les arbres tournaient lentement en moi
Leurs pages tantôt bruyantes, tantôt muettes,
Tantôt épaisses et jaunies, les saisons
Me donnaient des leçons.


Armand Robin, Ma vie sans moi, 1940


Sagesse, de Paul Verlaine, par Adèle Martin

Voir les dessins et le poème     --->      Sagesse 

Enfance, d'Arthur Rimbaud, par Camille K.

Voir les dessins et le poème    --->        Enfance

A la musique, d'Arthur Rimbaud, par Louison Rob.

Voir les dessins et le poème     --->      A la musique

Protégeons de la main, de Jules Supervielle, par Amine Bentabib.

Voir les dessins et le poème     --->      Protégeons

Le poète s'en va, de Victor Hugo, par Adèle Martin.

Voir les dessins et le poème     --->      Le poète

Affiche spectacle 1, par Victor Chaves